Les colères

28 – COLÈRE – Grosse colère – animation monde de rico

La colère est une émotion dite « de base », au même titre que la joie, la peur et la tristesse. Lorsque l’enfant fait des colères (comportement), c’est qu’il ne peut pas gérer sa colère (émotion). Il s’agit en réalité d’un moyen pour lui, le seul bien souvent, d’exprimer de multiples choses: des frustrations externes (on lui a refusé un bonbon) ou internes (il n’arrive pas à construire cette pyramide en briques). Du point de vue des neurosciences, la colère trouve son origine dans un défaut d’intégration neurosensorielle. L’enfant n’est pas en capacité à traiter les informations, à interpréter et organiser les stimuli sensoriels.

EMOTION BALLS - bishopsport.co.uk

L’adulte doit garder en tête que la colère de l’enfant n’est pas dirigée contre lui. Il convient donc de prendre sur soi pour ne pas s’énerver à son tour, d’écouter l’enfant, son émotion et de l’aider à l’exprimer. La réaction de l’adulte doit s’appuyer sur un sentiment d’empathie : « Je comprends que tu sois en colère car… mais…. ». Il faut toujours s’interroger sur l’origine du problème et donc sur la fonction du comportement dit « problème » de l’enfant. Pourquoi fait-il cela? En fonction de la réponse, la réaction de l’adulte est différente. Si l’enfant tape du pied pendant que je parle avec une amie pour attirer mon attention, je l’ignore (en vérifiant du coin de l’œil que personne n’est en danger), car si je m’adresse à lui, lui souris ou le regarde, je renforce son comportement en lui apportant ce qu’il souhaite. Et ce comportement se reproduira… Par contre, dès que l’enfant attire mon attention de manière adaptée, je le félicite et répond de suite à sa sollicitation. Ainsi, ce comportement adapté tendra à se reproduire.

Mais lorsque la colère éclate…

Comment réagir face à une personne en colère ? | Musulman ...

Il convient de détourner l’attention de l’enfant. Inutile de discuter, d’essayer de le calmer avec des mots, ce n’est pas le moment. Dans un second temps, lorsque l’enfant sera disponible, il sera possible de reprendre avec lui. Plusieurs outils peuvent être mis en place, comme le panier de retour au calme ou la valise à solutions. Ceux-ci mettent à disposition de l’enfant du matériel pour l’aider à gérer et organiser les messages sensoriels qui affluent. En voici quelques exemples: froisser des feuilles de papier, malaxer la pâte à modeler, faire la sauterelle, taper dans un coussin de colère ou un sac de frappe, pétrir une balle anti-stress, s’envelopper dans une couverture lestée, se balancer dans son hamac, faire un câlin très fort, crier dans sa boîte à cris, mettre le mot ou le dessin de sa colère dans la boîte à colère ou dans sa poupée mange-souci. Au début et surtout lorsqu’il est jeune, l’enfant aura besoin que vous le dirigiez vers ces solutions. En grandissant il y pensera seul. Certains de ces outils peuvent être emportés au parc ou lorsqu’on est invité chez des amis, afin d’anticiper les difficultés à quitter le lieu par exemple.

Nadia assistante maternelle à Saint Raphaël

Depuis combien de temps êtes vous assistante maternelle ?
3 ans

Avez vous toujours été Assistante Maternelle ?

Si non quel était votre ancien métier?

décoratrice de mariage

traiteur

Quand vous étiez petite, vous rêviez de quel métier ?
garder des enfants

Avez vous des enfants ?
oui 5 enfants et 2 fois grand mère

Comment les loulous vous appellent ils ? Une demande de votre part ? Et pourquoi ?

tata ce n’est pas une demande de ma part ce sont mes loulous qui m’appellent comme ça

Quelle est votre activité préférée ? Celle où vous vous sentez le plus « à l’aise » ?
Sortir avec les enfants et voir le plaisir et la joie sur le visage de l’enfant
Je me sens à l’aise partout.

Quelle est la phrase d’un parent qui vous a le plus ému ?
Quand la maman dit je suis très contente de vous ça ce voit que vous aimez les
enfants et je vous le confie avec les yeux fermés.

Vous souvenez vous du prénom de votre premier loulou ? Parlez nous de votre
première expérience en tant qu’assistante maternelle ? Votre ressenti ?
Ismael c’est un enfant que j’ai eu depuis sa naissance. C’est un petit
loulou qui a tout fait avec moi, je lui ai appris à lire à écrire à dessiner à compter
etc… Mon ressenti : cet enfant a fait partie de la famille de coeur beaucoup de
tristesse à son départ.

Allez on va pleurer un peu (lol)
Quel est votre ressenti quand un enfant part pour l’ecole ? Vous avez des nouvelles ensuite ?

je me dit  « il part dans le monde des grands »

oui j ai des nouvelles des petits.

Si vous deviez citer un inconvénient dans votre metier ?
les retards des parents

Racontez nous votre moment favori dans la journée ?
Quand je suis avec les enfants et que je fais des travaux manuels

On va parler musique …
Qu’écoutez vous dans la voiture ?
Des comptines pour les enfants

Une comptine que vous avez en ce moment dans la tête ?
petit escargot

Votre livre préféré pour enfant du moment ?
Les petites histoires avec les images

Où vous voyez vous dans 10 ans professionnellement parlant ?
J’espère toujours avec des enfants

Pourquoi adhérer à une association ? Que vous apporte t elle ?
un geste militant qui contribue a faire progresser la cause
un sentiment de bien être et d’aide

Vous avez un relais ? Le fréquentez vous en parallèle ?
non, pas de relais dans ma ville

Quel est le plus bel endroit que vous avez pu partager avec les enfants ?
les promenades dans la forêt et la nature, c’est un plaisir

Vous inspirez vous d’une méthode ? Montessori etc ….racontez nous ?
Je fais découvrir aux loulous la pâte à modeler tout ce qui est avec les mains,
sentir et toucher.

Votre plus beau souvenir avec un enfant ou des enfants ?
J’ai des souvenirs avec chaque enfant

Chez vous, les enfants mangent sur une « grande table » ou sur une petite tous
ensemble ? Avec vous ? Pourquoi ?
Sur une petite table et je suis avec eux et en même temps je leur montre ce qu’ils mangent.

En un mot, qu’est ce que les enfants vous ont apporté, appris depuis que vous êtes assistante maternelle ?
La confiance

Avez vous en tête un mot d’enfant qui vous a fait rire ?
( paloler ) pour parler de la pâte à modeler

Assistant(e) maternel(le) vous avez dit agréé(e) ?

Assistante) maternel(le) agréé(e) me dites vous ? A quoi ça sert d’être « agréé(e)  » ? Dans le temps on gardait bien les enfants « comme ça » , amie, voisine ou jeune maman. Dans des temps plus reculés encore, les grands parents gardaient leurs petits enfants pendant que les parents travaillaient aux champs.

Oui, c’est vrai, mais les temps changent et heureusement c’est pour le mieux et le bien des enfants.

Il est vrai aussi que bien des grands parents sont tout à fait capables de s’occuper de leurs petits enfants. Mais il faut aussi réaliser que de nos jours nous sommes bien loin de l’image d’épinal de mamie au coin du feu qui garde un oeil sur les enfants. Les grands parents modernes sont souvent en forme et actifs, ils veulent du temps pour eux, voire certains travaillent encore ! La copine ou la jeune maman d’à coté qui garde son bébé en congé parental est peut être aussi motivée et à même de s’occuper des bambins des autres.

Mais parmi toutes ces bonnes volontés, combien sont réellement prêts à gérer plusieurs enfants en même temps ? Combien savent-ils réellement comment nous sommes formées et ce qu’est notre métier au quotidien ? Oui, vous avez bien lu, je parle d’un métier, un vrai avec ses responsabilités. Alors voici un petit explicatif qui pourrait s’intituler comme suit : qui sommes nous ? Comment sommes nous formé(e)s ? Quelles garanties offrons nous ? A quoi ressemblent nos journées?

Qui sommes nous ?

Nous sommes pour la plupart des mamans avant tout, avec des enfants plus ou moins grands : des tout petits, en âge scolaire, déjà partis faire des études, ou alors un mix de tout cela. Nous avons donc une famille, d’où la force et la particularité de l’accueil que nous proposons à vos enfants « un accueil familial ».

C’est un choix de vie, passionnant et sans routine ! Mais c’est aussi parfois difficile à la fois physiquement et moralement. Cela n’engage pas que nous, notre famille doit accepter aussi ce choix car elle va devoir partager son temps et son espace avec les enfants dont nous avons la charge, parfois tôt le matin et jusque tard le soir. Pas facile de devoir prêter sa maman quand on est petit. Pas simple non plus d’être un ado et de devoir laisser sa chambre pour la sieste d’un petit l’après midi et parfois aussi le matin !

Nous avions probablement un autre métier avant, en relation ou non avec la petite enfance. Les profils sont très variés : auxiliaire puéricultrice, assistante commerciale, pharmacienne, infirmière, maçon ou encore animateur pour enfants. Et oui, il y a aussi des assistants maternels. Certains ont donc une expérience précédente auprès des enfants et d’autres non, mais pour tous il y a eu le jour où nous avons eu un déclic et où nous avons demandé un dossier auprès de la Protection Maternelle et Infantile.

Etre prêts à tout !

La première étape est d’assister à une réunion explicative pour y découvrir les avantages et inconvénients du métier d’assistante maternelle. Ensuite vient la visite de la puéricultrice à notre domicile. Tout est passé au peigne fin : motivation, organisation, matériel, famille et bien sûr notre maison.

Nous devons expliquer ce qui nous a conduit à vouloir être assistant maternel. Il faut imaginer des solutions à toutes sortes de situations. La plus incongrue ? Que faites vous des enfants lorsque vous allez aux toilettes ? Nous devons penser à tout ! Le matériel doit être adapté et homologué : les lits comme les poussettes ou les sièges autos. La voiture doit être assez grande pour transporter tout le monde dans des conditions de sécurité optimales. On nous demande souvent de mettre nos enfants à la cantine, nous devons fournir les casiers judiciaires de tout adulte vivant sous notre toit, les carnets de santé des animaux.

La maison doit être au top : sécurisation de toutes les fenêtres, placards et tiroirs, salles de bains fermées, prises électriques protégées, barrière dans les escaliers en haut et en bas….. et nous devons être assurées pour la maison et pour la voiture. Ensuite vient la formation.

Des professionnels de la petite enfance

La formation est obligatoire pour obtenir l’agrément. Son contenu et les conditions dans lesquels elle doit être effectuée sont encadrés par la loi, il s’agit des articles D. 421-44 à D. 421-51 du Code de l’action sociale et des familles. Depuis le 1er janvier 2019 elle se compose de 120 heures réparties de la façon suivante :

– 80 heures qui se terminent par une évaluation. Si l’évaluation est bonne l’organisme de formation délivre une attestation donnant le droit d’accueillir un ou plusieurs enfants.

-40 heures qui doivent être effectuées dans les 3 ans maximum.

La formation a évolué récemment : elle équivaut au premier bloc du CAP petite enfance qui a lui aussi été révisé. Finis les cours pour apprendre à repasser des torchons ou à coudre des boutons ! Aujourd’hui les assistantes maternelles sont formées pour accompagner vos enfants dans leur développement, leur épanouissement, leur éveil, leur socialisation et leur autonomie. Nous devons aussi être en mesure de procurer à l’enfant un environnement lui garantissant une sécurité physique ainsi qu’affective. Pour ce faire nous recevons un enseignement sur le développement et la santé de l’enfant, l’hygiène et les premiers secours. Nous effectuons un stage auprès des pompiers avec des mises en situation propres à notre métier et nous devons nous « recycler » tous les deux ans.

En parallèle nous avons avons aussi des cours sur les cadre légal de notre métier : nos droits et obligations, les relations avec les parents etc…

Complétée par des stages en structure (crèche par exemple), la formation est complète et fait de nous de vrais professionnels de la petite enfance. On n’apprend plus sur le tas, même si on en apprend tous les jours : )

Une garantie financière

Il faut bien l’avouer l’argent fait partie de la décision. Justement l’emploi d’un(e) assistant(e) maternel(le) vous donne accès aux aides de la Caisse d’Allocations familiales ainsi qu’aux réductions d’impôts. Le choix d’un contrat en particulier vous permet aussi de coller au mieux aux jours et horaires dont vous avez besoin et cela fait foi en cas de désaccord.

Une journée type ?

La routine dans notre métier ça n’existe pas ! Aucun jour ne ressemble au précédent. Bien sûr nos journées sont rythmées par l’arrivée des enfants, les repas, les siestes et les départs des enfants le soir sans oublier les changements de couches ! Surtout il ne faut pas oublier que nous accueillons souvent des enfants d’âges différents : ils n’ont pas tous les mêmes besoins en même temps. Il y a les biberons des plus petits et les repas des plus grands. Les siestes aussi sont parfois décalées. Tout cela donne parfois lieu à des situations cocasses…

Imaginez, c’est l’heure du repas et vous avez quatre enfants :

  • le plus petit, 3 mois, pleure parce qu’il vient de boire son biberon et qu’il a les fameuses coliques du nourrisson.
  • le deuxième, neuf mois fait ses dents et pleure aussi.
  • le troisième commence à manger seul mais vient de renverser son assiette.
  • Pour couronner le tout, le plus grand demande le pot !

Vous l’aurez compris, être assistante maternelle ça ne s’improvise pas. Notre formation nous permet de réagir à ce genre de situation. En étant agréé(e) nous pouvons aussi demander des conseils à notre puéricultrice réfèrente. Nous fréquentons aussi des structures d’accueil qui nous sont uniquement réservées : associations et Relais d’Assistant(e) Maternelle. Nous y rencontrons des collègues qui peuvent nous apporter leur soutien dans le respect du secret professionnel bien sûr. Si nous rencontrons des soucis d’ordre administratifs nous pouvons nous tourner vers les syndicats. Et pour finir, en cas de gros soucis nous sommes assurées.

Une garantie de bien être et de sécurité

En conclusion, choisir une assistant(e) maternelle agréé(e) plutôt qu’une personne qui ne l’est pas, c’est l’assurance de confier son enfant à un(e) professionel(le) motivé(e), formé(e) et prêt(e) à faire face à toutes les situations. Mais il faut le dire aussi , ce qui fait le coeur de notre métier ce sont heureusement les journées « bonheur » : elles débordent de premières fois, d’affection, de moments partagés, de rires… jusqu’à ce qu’ils nous quittent un matin de septembre pour d’autres aventures.

Je voudrais employer un(e) assistant(e) maternel(le) mais ça m’a l’air compliqué.


Voilà le questionnement que nous avons tous en tant que parent, je vais vous aider en vous expliquant les démarches, ainsi que les différents contrats. 

Avant tout vous devez analyser vos besoins, voici des pistes :

  • de combien de jours ai-je besoin ?
  • quelle amplitude horaire ? Par exemple je commence à 9h le matin, mais je dois prévoir mon temps de trajet et le temps de transmission. J’ai 30 minutes de trajet.  J’arrive à 8h 15 pour avoir le temps de déposer mon bébé sans stress, prendre le temps de discuter avec l’assistant(e) maternel(le) et faire mes 30 mn de trajet. De même pour le soir prévoir le temps des transmissions dans le temps d’accueil.
  • combien de semaines de vacances et de RTT nous avons?

Une fois que vous connaissez vos besoins, vous pouvez vous mettre à la recherche de votre assistant(e) maternel(le)(Ass. Mat).

L’Ass. Mat est votre employé et vous êtes donc responsable de son contrat, et il y en a 3 différents, je vais vous les citer en vous expliquant comment choisir en fonction des situations. Une petite information importante avant tout. La loi impose, à tous les Ass.Mat, 5 semaines complètes de congés sans aucun accueil d’enfant et cela dès la première année, payé ou non, en fonction des contrats. Cela peut être compliqué quand il y a plusieurs enfants en accueil et que chaque famille prend des congés à dates différentes. Dans ce cas-là, s’il n’y a pas d’accord entre les différentes familles c’est l’Ass Mat, qui pose ses 5 semaines selon sa volonté.

Mais pourquoi, me diriez-vous, doit on connaitre le nombre de semaine de vacances et de RTT. Le choix du calcul de la mensualisation en dépend.

Quel contrat choisir ?

Le CDI :

C’est un contrat Classique, peu importe la durée du contrat (une fin de CDI ne se présume pas). Le salaire est établi sur 12 mois. Il commence dès le premier jour d’accueil (donc dès l’adaptation).

La mensualisation est identique chaque mois (mis à part en cas de déductions maladies, absences cas particuliers notés dans le contrat et suivant la convention collective nationale)

Le contrat se termine lors d’un licenciement ou d’une démission.

Il peut être :

EN ANNEE COMPLETE

Les 5 semaines de congés payés sont communes.

 EN ANNEE INCOMPLETE

Vous devez déduire les 5 semaines de congés payés (CP) ainsi que les autres semaines où l’enfant est absent.

Par exemple vous avez 5 semaines de CP, et 3 semaines de RTT, l’enfant sera absent 8 semaines donc vous confirez l’enfant 44 semaines. Si les semaines de congés de l’assistant maternel ne tombent pas ou partiellement en même temps vous devrez les déduire également.

Le CDD :

C’est un contrat à utiliser seulement lors d’un remplacement d’un Ass. Mat., il peut être à terme précis ou imprécis.

Et pour finir l’occasionnel :

Pour les accueils ponctuel (maximum 1 mois) et irrégulier.

Comment calculer le salaire ?

Pour cela il y a des formules magiques, car le payement au réel est interdit, sauf pour le contrat occasionnel.

Le tarif est libre. Chaque Ass.Mat. établit son taux horaire.Souvent il varie que de quelques centimes de l’heure,et donc de quelques euros ,à la fin du mois.

Il ne doit cependant pas dépasser le tarif journalier maximum imposé par la caf, sinon vous n’avez pas droit aux aides.

Le CDI :

_En année complète :

Tarif horaire * nombre d’heure par semaine*52 (semaines) le tout divisé par 12.

Afin de trouver une mensualisation qui sera versée tous les mois. Bien sûr certains mois moins d’heures seront effectuées mais d’autres il y en aura plus, le salaire sera donc inchangé car lissé sur l’année.

_En année incomplète :

Tarif horaire* nombre d’heure par semaine*par le nombre de semaines travaillées divisé par 12.

Afin de trouver une mensualisation qui sera versée tous les mois. Bien sûr certain mois, moins d’heures seront effectuées mais d’autre il y en aura plus, le salaire sera donc inchangé, car lissé sur l’année. Même les mois où l’enfant est absent. Et bien sur une régulation doit être faite tous les ans à date anniversaire du contrat et en fin de contrat.

Le CDD :

_A terme précis :

Nombres d’heures hebdo*nb de semaines*taux horaire brut le tout divisé par le nombre de mois

_A terme imprécis :

Mensualisation sur 12 mois. (Comme un année complète ou incomplète). A la fin du contrat il faudra régler également la prime de précarité (total des salaires brut*10%), ainsi que les congés payés ((total des salaires bruts+ prime de précarité) *10%).

Le contrat occasionnel

L’Ass Mat est payé « au réel » des horaires notés sur le contrat occasionnel. Les congés payés sont payés à hauteur de 10% des salaires bruts.

Planning variable

Attention les heures ne peuvent pas basculer d’une semaine à l’autre, ni même d’un jour à l’autre. Une fois le planning fourni (avec un délais de prévenance établi au contrat), vous ne pouvez modifier les horaires sans l’accord de l’Ass Mat, et tout heure effectuée, en plus du planning doit être payé en heure complémentaire ou supplémentaire en fonction du nombre d’heure du contrat, se reporter à la convention collective national(CNN). Par exemple, aujourd’hui vous déposez votre Bébé 1 heure plus tard , cette heure ne peut pas être déplacée au soir, ou à un autre jour.

La mensualisation est différente selon les plannings, je vous conseille de vous reporter à la CNN.

L’adaptation

La mensualisation commence dès le premier jour d’accueil. Mais vous devez déduire l’absence de l’enfant pendant cette période par le Calcul de la Cour de Cassation. Par contre les Indemnités d’entretien doivent être payée. Une période d’adaptation dure généralement une semaine et n’est pas obligatoire mais fortement conseillée, et elle doit être au maximum d’un mois, après plus de déduction possible.

Les indemnités d’entretien :

Mais qu’est ce que c’est, à quoi ça sert, me diriez-vous :

Elles permettent de financer :

  • le matériel de puériculture
  • les jeux et matériel pédagogique
  • les énergies (eau, électricité….)
  • les sorties et transports
  • l’hygiène et l’entretien       

            

Elles sont notées sur le contrat et pas proratisables en dessous de 7h50. Il y a un minimum légal fixé par la convention Collective Nationale (CNN).

Elles sont dues par jour où l’enfant est présent chez l’Ass Mat et ce dès la première minute d’accueil.

Les repas

Vous pouvez fournir les repas de votre enfant (prêt à être mangé), ou préparé par l’Ass Mat, et bien sûr facturé. Le tarif est fixé par l’Ass Mat.

Vos aides :

Une fois votre perle rare trouvée, vous devez demander votre numéro d’employeur à PAJE emploi, afin de déclarer votre Ass Mat et bénéficier des aides.

Vous pouvez également prendre contact avec la caf pour connaitre le montant de votre aide. Tout le monde y a droit ! Mais en fonction de vos revenus la somme est différente.

De plus vous bénéficiez du crédit d’impôt à hauteur de 50 % de la somme versée à votre assistant maternel.

Et voilà vous savez tout, ou du moins le principal !

Le printemps est bientôt là !

Pour notre bricolage du mois de mars, nous avons décidé de choisir comme thème le printemps car le 20 mars n’est pas loin. Et qu’est-ce qui annonce le printemps ? Les fleurs bien sûr. Nous allons donc fabriquer des fleurs et un pot afin de fleurir la maison et d’y faire entrer le soleil avec de belles couleurs.

Matériels

un pot en verre (récupération)

un bâtonnet

un bouchon de bouteille

des dessins de fleurs découpés dans du papier cartonné

de la colle

de la peinture acrylique (pour les pots) et gouache (pour le papier)

Les étapes

Il faut commencer par peindre le pot. L’enfant choisit une couleur et on en verse un peu au fond. A l’aide d’un pinceau, il étale la peinture à l’intérieur du pot sur tous les bords. Puis il faut bien laisser sécher…

Ensuite, on change d’atelier pour peindre la fleur. L’enfant peint le bâtonnet et les feuilles de la fleur en vert. Enfin, il choisit une couleur pour peindre la fleur.

Une fois que tout est bien sec, on passe au montage. On colle la fleur et les feuilles sur le bâtonnet. Maintenant, l’enfant peut coller le bouchon au milieu de la fleur !

Et on obtient de jolies fleurs !!!!

On peut s’amuser à créer d’autres fleurs…

Nous avons choisi d’écrire « Vive le Printemps » sur le pot et on obtient un joli vase pleins de belles fleurs qui annoncent le printemps et les beaux jours…

La colle alimentaire

Pour notre activité  » nourrissons les oiseaux « , nous avons eu besoin de fabriquer de la colle comestible.

En effet, la colle normale n’aurait pas été très digeste pour nos amis les oiseaux.

La colle alimentaire est très simple à réaliser et très rapide. Par contre, elle ne peut être faite que par les adultes, car il est nécessaire de la faire chauffer.

Continuer la lecture de « La colle alimentaire »