Avant c’était moins bien

Aujourd’hui je vous propose de changer un peu et de voyager dans le temps.
Alors avant, c’était comment ? Dans l’ordre ou dans le désordre, faisons un petit tour des méthodes d’antan en prenant l’exemple d’une crèche en 1911.

les salles d’asile

L’industrialisation de la société française à partir de 1830 impose de nouvelles solutions.  Les temps où les enfants étaient confiés à des nourrices à la campagne sont révolus. Après les premières expériences au Royaume Uni, c’est l’ouverture des « salles d’asile » en France.  leur développement est constant et en 1840 on compte 1500 établissements de ce genre en France. La toute première crèche avec des locaux plus adaptés et salubres, ouvre ses portes à Paris en 1844.

La creche pour qui ?

Chambéry en Savoie, une première crèche ouvre en 1911 pour aider les femmes qui avaient besoin de travailler. A cette époque il s’agit des filles mères, de veuves, bref des femmes qui n’ont pas ou plus de maris pour subvenir à leur besoins.

DEROULEMENT D’UNE journee

La journée typique d’un enfant en crèche à cette époque commençait par un déshabillage complet ! Il n’avaient pas le droit de garder leurs vêtements, le plus souvent crasseux, et devaient être remis nus aux femmes de la garderie à travers une sorte de guichet. Les parents n’avaient pas le droit de passer le seuil de la crèche.  Pour plus d’hygiène, ils étaient lavés quatre fois par jour.

On peut lire dans un rapport  « les enfants arrivent à la crèche dans un état de saleté déplorable […] quelques fois même ils pourrissent dans la malpropreté sans être changés du samedi au lundi matin »

Compte tenu des nécessités de l’époque, les journées étaient longues. Les enfants restaient en crèche jusqu’à 12h00 par jour, six jours sur sept afin de pouvoir répondre à la demande des mères qui souvent travaillaient en usine.

les jeux

 

Oui oui,vous avez bien lu ! Les enfants n’avaient pas le droit de jouer. Les plus petits restaient dans leur lit toute la journée, ils n’en sortaient que pour les repas et les soins. Les plus grands avaient tout de même le droit de se dégourdir les jambes de temps en temps dans un grand parc circulaire. Cette crèche n’a fait l’acquisition de jouets que dans les années 1970.

l’alimentation

La crèche encourage fortement l’allaitement des enfants qui sont obligatoirement allaités à leur arrivée et pendant les pauses de la mère. Cependant cela pose rapidement souci car les mères ne peuvent pas forcément interrompre leur journée de travail. L’alimentation passa alors en mixte et la crèche fournit du lait de vache en complément ainsi que des bouillies de céréales. Plus tard la directrice finira par décider de ne plus rendre obligatoire l’allaitement et changera le règlement.

la salle des malades

Les épidémies de maladies étaient fréquentes : coqueluche, polio, diphtérie…. mais aussi la rougeole ainsi que la grippe. Avec leur lot de complications en bronco pneumonies ces dernières faisaient des ravages parmi les tout petits. Il y a avait donc au sein de la crèche une salle d’isolement et de traitement des malades.

ailleurs, une petite note d’humour !

Une photo vaut mieux qu’un long discours ! Non vous n’avez pas la berlue, il s’agit bien d’un bébé suspendu au dessus du vide dans une cage en métal grillagé.

Le premier brevet déposé pour ces parcs aériens date de 1922. Ils sont devenus très populaires dans les années 30 à Londres. A l’époque les médecins encourageaient les parents à faire prendre l’air frais aux enfants afin de renforcer leur système immunitaire. Rassurez-vous, ces systèmes sont passés de mode dans les années 1940.